Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Anamnêsis
  • Anamnêsis
  • : Lire et contempler, découvrir et écouter : des livres et des paroles, des arts et des hommes.
  • Contact

Evénements

La Librairie AMK

présente
une exposition-vente
permanente
des gravures de
Bernadette
Planchenault
 et de
Ilona Kiss
des dessins aquarellés de
 
Séverine Maréchal
et des collages et encres de
 
Bruno Lanza
et
 Leandro Figueiredo

Plus d'infos ici.

Prolégomènes

anamnêsis : du grec réminiscence. Ensemble des informations que fournit le malade (ou son entourage) au médecin sur l’historique de sa maladie.

Jadis

Contours

Nulle autre prétention ici que de préciser quelques contours d'une mémoire volatile, et de les fixer pour un temps indéterminable. Nulle autre ambition que de les donner à voir au passant occasionnel, qu'un clic fortuit aura mené jusqu'à cette place, et de peut-être créer l'opportunité d'une découverte. Qui sait ?

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 21:23

 

En 1998, l’association Poésie en liberté crée un concours international de poésie en langue française, via Internet, pour les lycéens et les étudiants. Elle est placée sous l’autorité du ministère de l’Education nationale. Le jury est constitué de lycéens de la France entière et de l’étranger. La sixième édition a recueilli plus de 4500 textes provenant de plus de 1300 établissements de 60 pays. Les poèmes de ces recueils, s’ils sont le plus souvent d’une facture classique – mais pas seulement –, s’ils abordent de grands thèmes individuels et collectifs, montrent la remarquable maîtrise de leurs jeunes auteurs. Trouvailles subtiles et touches personnelles font naître une émotion nouvelle sur des sujets pourtant séculaires. Alors que la poésie est aujourd’hui en France la parente pauvre de la littérature, lire ces poètes en herbe est d’autant plus réjouissant et réconfortant. Chaque édition contient quelques merveilles, comme ce poème de Pascal Paris qui m’émeut à la manière d’un Victor Hugo.

Le cadavre
 
Un corps se refroidit et gît mortifié,
Sous un manteau de vent, odeur nauséabonde.
On devine tendue sa main atrophiée,
Dans laquelle souvent la misère est féconde.
 
Puis l’on voit s’affaisser sa tête déliée,
Où la vermine sue de quelques plaies profondes.
Sa bouche entrouverte, pour nous remercier
Laisse sortir un souffle et des vapeurs immondes.
 
Cherchant à se nourrir, une meute de chiens
Le rejoignent parfois aux abords de la rue,
Lorsqu’enfin son regard fixe un œil inconnu.
 
Une enfant qui jamais ne s’enfuit devant rien,
Regarde avec son cœur l’homme qui fait la manche,
Lui pose dans la main, sa monnaie du dimanche.
 
Pascal Paris, Université de Pau, Académie de Bordeaux, 1e prix, p. 18, Poésie en liberté 2004, Poésie en liberté/Le Temps des Cerises.

 

Lire...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anma K. - dans Lire
commenter cet article

commentaires